Notre voie électronique à nouveau disponible sur abidjan.netVendredi--Juillet-2011
11 avril 2011 - 11 avril 2016: 5 ans après sa déportation à La Haye Gbagbo présent dans les cœurs -- pulié le : Lundi--Avril-2016
Issue No.: 5306
du
Mardi 17 Mai 2016

Tèl :22 49 51 97/22 49 51 98
Fax :22 49 51 96
BP:06 BP 2868 Abidjan 06
Mail:lequotidiennotrevoie@yahoo.fr
situation géographique:RIVIERA PALMERAIE

  A la une

Le Pape Benoît XVI au pouvoir Ouattara : “N’ayez pas avoir peur de faire la vérité sur les crimes”
Le pape Benoît XVI a demandé vendredi aux responsables de la Côte d`Ivoire de « ne pas avoir peur de faire la vérité sur les crimes » et de promouvoir la réconciliation, en recevant au Vatican les lettres de créances du nouvel ambassadeur ivoirien, Joseph Tebah-Klah.
Evoquant la grave crise post-électorale qui avait vu s`affronter le président sortant Laurent Gbagbo, qui refusait de quitter le pouvoir, et son rival légitimement élu et reconnu par la communauté internationale, Alassane Ouattara, le pape a encouragé ce pays « à promouvoir toutes les initiatives qui conduisent à la paix et à la justice ». Il a salué à cet égard la création de la « Commission Dialogue-vérité-réconciliation ». « Il ne faut pas avoir peur de faire la vérité sur les crimes », a-t-il dit, alors que la Cour pénale internationale (CPI) a envoyé des enquêteurs, six mois après une crise qui a fait quelque 3.000 morts.
« Le vivre ensemble passe par le respect des droits inaliénables de l’autre qui est, en fait, un autre moi-même », a insisté Benoît XVI. « C’est le chemin de réconciliation qu’il faut entreprendre car l’Afrique et le monde vous regardent avec attention et confiance », a encore dit Benoît XVI qui se rend dans deux semaines au Bénin.
La crise en Côte d`Ivoire, première puissance francophone de l`Afrique de l`Ouest, avait profondément inquiété les pays voisins, qui craignaient des répercussions sur leur stabilité et leur cohésion nationale souvent fragile.
Le pape a salué «la ferme volonté» des responsables ivoiriens de « ne ménager aucun effort pour parvenir à une réconciliation nationale », a-t-il ajouté, en évoquant « les violations graves des droits de l`homme et les nombreuses pertes en vies humaines ».
« La perte d`une vie humaine, quelle qu’elle soit - petite ou grande, riche ou pauvre est toujours un drame, surtout lorsque l’homme en est responsable », a-t-il mis en garde.
Le pape a encore « encouragé » le gouvernement ivoirien à une « gouvernance transparente et équitable ». Il a souligné l’importance particulière d’"institutions éducatives fortes où l’on enseigne et promeut les valeurs morales, intellectuelles, humaines et spirituelles ».
L’Eglise « ne désire pas se substituer à l’Etat, mais elle peut à travers ses nombreuses institutions dans les domaines éducatifs et sanitaires apporter réconfort et soin », a-t-il suggéré.
Le nouvel ambassadeur a relevé pour sa part que l`Eglise catholique « s’est fortement investie dans la solution de la crise », particulièrement par le biais de la communauté de Sant`Egidio qui « a participé à l’élaboration des accords de sortie de crise ».
M. Tebah-Klah a aussi rappelé que les paroisses catholiques « avaient accueilli des milliers de déplacés de guerre ».
Durant le conflit, le Vatican avait appelé les deux parties à renoncer à la violence. Pour Rome, il était important d’affirmer que ce conflit n`était pas interreligieux, même si Alassane Ouattara venait du nord en majorité musulman et Laurent Gbagbo du sud en majorité chrétien.
La population de Côte d`Ivoire compte environ 40% de musulmans, 40% de chrétiens et 20% d`animistes.
AFP



.
 

 

 

 

Copyright
  Copyright © 2000 Notre Voie. Tous droits réservés.
site conçu et hébergé par I2S2