Notre voie électronique à nouveau disponible sur abidjan.netVendredi--Juillet-2011
le comité de contrôle tranche : Gbagbo et Affi candidats -- pulié le : Jeudi--Novembre-2014
Issue No.: 4890
du
Mardi 16 Decembre 2014

  Culture
  Economie
  Politique
  Société
  Sport
 
COMITE D’ORGANISATION DES OBSEQUES DE MAMAN GADO MARGUERITE (Mère du président Laurent GBAGBO)   
(Jeudi 27 Novembre 2014 11:49)
Comité de pilotage
président : Sangaré Abou DrAHAMANE
Conseillers spéciaux :
DACourY-TABLEY Henri Philippe, chargé des
finances, budget et dons divers.
GNAorE Jean-Baptiste
Vice-présidents
- 1er Vice-président chargé du conseil de famille :
GoSSE Yobo Henri
- 2ème Vice-président chargé des commissions techniques
: Pr AKE N’GBo
- 3ème Vice-présidente : Mme AMoN Marthe
- 4ème Vice-président : KouAKou Kra
Secrétariat Permanent
- responsable : Maurice LoHourIGNoN
- 1er adjoint :KAKou Mathieu
- 2ème adjoint : GoSSE Franck
Membres
Pr Dano Djédjé Sébastien
SoKourY Bohui Martin
PorQuET Alain
Dr BLE Christophe
GBAGBo Michel
Commissions techniques
Commission Communication et presse : César Etou
Commission animation :Youhan Bi Agénor
Commission logistiques : Colonel Kaza Léon
Commission transport : Akoï Innocent
Commission hébergement : Tchéïdé Jean Gervais
Commission liturgie : Mme Zahui Philomène
Commission Construction de la tombe : Liépo Moïse
Commission tradition et Coutume : Djédjé Benjamin
Commission sécurité et maintien d’ordre : Koua Justin
Commission salubrité et entretien des espaces :
Boti Koudou
Commission médicale : Pr Kata Kéké
Commission restauration : Mme Marie-odette
Lorougnon
Commission protocole et accueil : Koné Boubacar
Commission décoration : Mme Claudine ouattara
Ehivet
Commission témoignages, documentation et oraisons :
Pr Dédy Séri
le président
Sangaré Abou Drahamane [...] 167 mots
Le président du FPI communique   
(Jeudi 16 Octobre 2014 15:18)
Le président du Front Populaire Ivoirien, le camarade Pascal Affi Nguessan et la direction de parti ont le regret d’annoncer le décès de Mme Marguérite Gado, la mère du président Laurent Gbagbo survenu dans la nuit du mercredi 15 octobre 2014 alors qu’elle était en route pour son village natal Blouzon.
En cette douleureuse circonstance, le FPI s’incline respectueusement devant la mémoire de l’illustre disparue et présente ses condoléances les plus attristées au président Laurent Gbagbo, à sa famille ainsi qu’à toutes les populations de Blouzon et de Gagnoa.
La direction du FPI se tient aux cotés de la famille éplorée pour la suite de ce douloureux évènement.

 [...] 117 mots
Communiqué final du comité central du samedi 15 septembre 2014   
(Mercredi 17 Septembre 2014 13:2)
1.Sur convocation du Secrétariat Général, le Comité Central du Front Populaire Ivoirien (FPI) s’est réuni en session ordinaire les samedis 30 août 2014 de 13H10 à 17H20 et 13 septembre 2014 de 12h15 à 19h au QG de campagne du Président Laurent GBAGBO, son siège provisoire sis à Cocody les II Plateaux 7èmeTranche sous la présidence effective du Président du Parti, le camarade Pascal AFFI NGUESSAN. [...] 1073 mots
FPI : Voici la direction consensuelle du parti   
(Lundi 18 Août 2014 9:37)
Le Président,
Vu les Statuts,
Vu les nécessités d’organisation et de redynamisation du parti,
Décide :
Article 1er : Sont membres du Secrétariat Général du Front Populaire Ivoirien les personnalités dont les noms suivent :
 [...] 1686 mots
DÉCISION n° 005-2014/PP/FPI du 04 Juillet 2014, Portant réaménagement technique du Secrétariat Général du Front Populaire Ivoirien.   
(Dimanche 6 Juillet 2014 11:38)
Le Président,
Vu les Statuts,
Vu les nécessités d’organisation et de redynamisation du parti,

Décide :

Article 1er : Sont nommés membres du Secrétariat Général du Front Populaire Ivoirien les personnalités dont les noms suivent : [...] 1699 mots
Tèl :22 49 51 97/22 49 51 98
Fax :22 49 51 96
BP:06 BP 2868 Abidjan 06
Mail:lequotidiennotrevoie@yahoo.fr
situation géographique:RIVIERA PALMERAIE
 Politique

Des démocrates exigent une sépulture pour Biaka Boda
La réhabilitation de la mémoire du sénateur du PDCI-RDA assassiné en 1950 préoccupe un groupe de démocrates ivoiriens qui a organisé mercredi dernier, une conférence de presse à l’hôtel communal de Cocody.
Faire éclater la vérité sur l’assassinat de Victor Biaka Boda et bâtir une sépulture digne de son rang. Voici les deux principaux objectifs que s’est fixés un groupe d’Ivoiriens réunis autour d’une organisation dénommée “Alliance des démocrates : sauvons le sénateur victor Biaka Boda”.
Les membres de cette alliance, qui étaient le mercredi 16 février face à la presse, sont revenus sur le noble combat mené par “ce héros authentique” pour la libération de la Côte d’Ivoire dont deux des enfants étaient dans la petite salle de mariages où a eu lieu la conférence de presse.
M. Boni Yog, président de l’alliance, principal animateur de la conférence, a montré, à coup de rappels des pans de l’histoire de la lutte contre les colons français, que le sénateur Biaka Boda faisait partie des leaders ivoiriens courageux qui ne reculaient devant rien pour défendre l’honneur de la Côte d’Ivoire.
Le conférencier a révélé que le sénateur du PDCI-RDA a été tué le 28 janvier 1950 à Bouaflé à l’âge de 37 ans après qu’il eut tenu deux mois avant (le 18 novembre 1949) un discours très osé à l’endroit de l’administration coloniale. Le président Yog croit fermement que le sénateur Biaka Boda a été éliminé physiquement par la France avec la complicité de certains ivoiriens.
Fort de cette conviction, le conférencier a exigé, au nom de ses camarades, que la lumière soit faite sur les circonstances de la mort tragique de ce valeureux combattant de la liberté.
L’Alliance se propose, également, de réunir les restes mortuaires de Biaka Boda qui seraient dissimulés au greffe du tribunal de Daloa et dans la résidence du commandant du cercle de Bouaflé d’alors, pour offrir une sépulture honorable au grand combattant.
Le conférencier n’a pu s’empêcher de tracer un parallèle entre la disparition de Biaka Boda et la rébellion armée qui a vu le jour le 19 septembre 2002. Pour M. Yog, cette rébellion n’est rien d’autre que le bras armé de la France qui refuse de donner sa liberté à la Côte d’Ivoire. L’ivoirité, la xénophobie, le prétendu conflit Nord-Sud ou chrétiens-musulmans n’étant que des alibis pour justifier “la guerre de la France contre la Côte d’Ivoire”.
Junior Dekassan 

 

 

 

Copyright
  Copyright © 2000 Notre Voie. Tous droits réservés.
site conçu et hébergé par I2S2