Notre voie électronique à nouveau disponible sur abidjan.netVendredi--Juillet-2011
Pascal Affi N’Guessan après le dépôt de candidature : «Nous venons pour gagner l’élection présidentielle d’octobre 2015» -- pulié le : Dimanche--Août-2015
Issue No.: 5188
du
Mercredi 9 Decembre 2015

Réunion du comité central ordinaire   
(Vendredi 6 Mars 2015 9:6)
Conformément à l’article 21-5 du règlement intérieur, le camarade Pascal Affi N’Guessan, président du Front populaire ivoirien (FPI) convoque, les membres statutaires (article 36 des statuts) du comité central à une session ordinaire élargie aux membres du comité de contrôle, le samedi 7 mars 2015 à 10 heures au siège provisoire du parti, sis aux II-Plateaux Attoban. [...] 183 mots
Tèl :22 49 51 97/22 49 51 98
Fax :22 49 51 96
BP:06 BP 2868 Abidjan 06
Mail:lequotidiennotrevoie@yahoo.fr
situation géographique:RIVIERA PALMERAIE
 Politique

Des démocrates exigent une sépulture pour Biaka Boda
La réhabilitation de la mémoire du sénateur du PDCI-RDA assassiné en 1950 préoccupe un groupe de démocrates ivoiriens qui a organisé mercredi dernier, une conférence de presse à l’hôtel communal de Cocody.
Faire éclater la vérité sur l’assassinat de Victor Biaka Boda et bâtir une sépulture digne de son rang. Voici les deux principaux objectifs que s’est fixés un groupe d’Ivoiriens réunis autour d’une organisation dénommée “Alliance des démocrates : sauvons le sénateur victor Biaka Boda”.
Les membres de cette alliance, qui étaient le mercredi 16 février face à la presse, sont revenus sur le noble combat mené par “ce héros authentique” pour la libération de la Côte d’Ivoire dont deux des enfants étaient dans la petite salle de mariages où a eu lieu la conférence de presse.
M. Boni Yog, président de l’alliance, principal animateur de la conférence, a montré, à coup de rappels des pans de l’histoire de la lutte contre les colons français, que le sénateur Biaka Boda faisait partie des leaders ivoiriens courageux qui ne reculaient devant rien pour défendre l’honneur de la Côte d’Ivoire.
Le conférencier a révélé que le sénateur du PDCI-RDA a été tué le 28 janvier 1950 à Bouaflé à l’âge de 37 ans après qu’il eut tenu deux mois avant (le 18 novembre 1949) un discours très osé à l’endroit de l’administration coloniale. Le président Yog croit fermement que le sénateur Biaka Boda a été éliminé physiquement par la France avec la complicité de certains ivoiriens.
Fort de cette conviction, le conférencier a exigé, au nom de ses camarades, que la lumière soit faite sur les circonstances de la mort tragique de ce valeureux combattant de la liberté.
L’Alliance se propose, également, de réunir les restes mortuaires de Biaka Boda qui seraient dissimulés au greffe du tribunal de Daloa et dans la résidence du commandant du cercle de Bouaflé d’alors, pour offrir une sépulture honorable au grand combattant.
Le conférencier n’a pu s’empêcher de tracer un parallèle entre la disparition de Biaka Boda et la rébellion armée qui a vu le jour le 19 septembre 2002. Pour M. Yog, cette rébellion n’est rien d’autre que le bras armé de la France qui refuse de donner sa liberté à la Côte d’Ivoire. L’ivoirité, la xénophobie, le prétendu conflit Nord-Sud ou chrétiens-musulmans n’étant que des alibis pour justifier “la guerre de la France contre la Côte d’Ivoire”.
Junior Dekassan 

 

 

 

Copyright
  Copyright © 2000 Notre Voie. Tous droits réservés.
site conçu et hébergé par I2S2